Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2008 6 23 /02 /février /2008 19:32

undefined




































Mars, c'est les élections mais ...c'est aussi le printemps !!!

Et qu'est-ce qui ressort chaque année avec le printemps ? ...les ré-gi-mes.

J'avoue que cela m'agace un peu à chaque fois car depuis bientot 30 ans que je suis diététicienne, je passe mon temps à les combattre.

Vu l'augmentation de l'obésité, c(est un vrai combat politique et je suis en campagne depuis des années  avec  presque les memes slogans que nos politiques 
(remarquez bien : droite et gauche confondues..., meme en diététique, je suis centriste: une histoire d'équilibre !)

1-  MANGER PLUS POUR MINCIR PLUS .

      On doit en effet manger suffisamment en volume pour obtenir la satiété , etre rassasié, sensation capitale pour eviter les dérives.
Mais manger "beaucoup en volume" ne veut pas dire forcément manger "beaucoup en calories".

C'est une histoire de choix d'aliments, de plats et de préparation. Cela s'apprend et devient ensuite naturel au fil du temps

2- REVENIR AUX FONDAMENTAUX

En effet, nos repas sont devenus de plus en plus riches, rapides et concentrés avec l'afflut des plats cuisinés tout prets.
Ce n'est pas leur existence que je remets en cause mais leur proportion trop importante dans nos repas quotidiens.
L'achat des produits bruts est en baisse, viande, fruits , légumes, pain...
Au nom du plaisir alimentaire, apprenons à reconnaitre les saveurs  des produits bruts avant de les agencer  en cuisine pour developper d'autres gouts, d'autres satsfactions papillaires.
Je me bats contre l'uniformisation du gout

3 - MILITONS POUR LA DIVERSITE

Cela me désole souvent de voir des sauces plus ou moins rouges, plus ou moins jaunes ou marrons, indéfinies qui nappent généreusement la moindre viande ou poisson.
C'est surtout dommage pour l'éducation au gout des enfants en restauration collective, qui ne reconnaissent plus rien et sont plus réticents ensuite à découvrir de nouveaux gouts plus prononcés.
Au final, parfois, pour eux, "mons cela a de gout, plus c'est bon!"


4- IL EST INTERDIT D'INTERDIRE

En nutrition, il n'y a ni aliment parfait ni aliment interdit.
Un vie sans chocolat n'est pas une vie
Une vie sans fromage n'est pas une vie, etc...selon les préférences de chacun.

S'interdire son aliment préféré (sous prétexte de régime), c'est forcément, un jour ou l'autre ,en avoir très envie et  craquer de façon inconsidérée 
.Et de toute façon , une fois bien mince,  en remanger fait re-grossir...le fameux effet yoyo !
Alors, il faut savoir se faire plaisir intelligemment.
C'est tellement plus sympa de savourer à 100°/° son péché mignon, bien intégré dans son alimentation, plutot  de surfer entre ces tristes mots , en cercle vicieux:

                      privation...frustration...compulsion...culpabiilté...re-privation...etc... 


5- PROTEGEONS LA PLANETE

Alimentation et développement durable : les 2 font la paire
Réapprenons la saisonnalité  pour varier nos menus et savoir attendre le bon produit au bon moment.

On apprécie moins les cerises si on en a toute l'année ( celles qui coutent plus en kérozène pour venir du Chili  par ex. que leur valeur propre)
N'achetons pas que du steak dans le boeuf,; en effet, une bete de 500kgs en a à tout cassé 200 kgs ...et on fait quoi du reste ? des croquettes pour chien ?
Alors que tous les morceaux dits "avant" sont aussi nutritionnellement interessants et permettent de mieux rentabiliser l'animal, donc de nécessiter une production moindre...bien pour la planète...

Je pourrais multiplier les exemples
J'ai ouvert à chaque paragraphe des sujets de discussion nombreux



                    APPRENDRE A  MANGER  "DE TOUT MAIS PAS TOUT EN MEME TEMPS"

Tel est mon quotidien au cabinet en personnalisant au maximum car nous sommes tous différents face au poids et à l'alimentation, 


Telle est aussi ma motivation quand j'interviens lors de fetes de terroir comme demain à Laroquebrou.


Le salon de l'Agriculture vient d'ouvrir. Notre président veut inscrire notre gastronomie française au patrimoine de l'UNESCO, ai-je cru comprendre ? 

C'est effectivement de la culture au meme titre que   les nourritures spirituelles.
Un peu de "culture physique"  en complément et tout est ok

Comme a dit je ne sais plus qui, je ne sais plus quand : MEN SANA IN CORPORE SANO 




                                           A BAS LES REGIMES , VIVE LE BIEN MANGER

A bientot, dimanche peut-etre, pour parler cochon...!  (au sens propre)

undefined

Nicole Soulenq-Moissinac

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Phalae 29/02/2008 12:57

Moi j'ai bien aimé votre mou quand la cuisinière qui faisait le pounti a mis le lard dans la poële avec la tonne d'huile! Et vous qui étiez à essayer de sauver la situation en lui demandant si elle allait égouter le lard avant de le mettre dans le plat. Et ben, non seulement, elle n'a pas égoutté mais en plus, elle a mis le lard ET l'huile! Comment faire passer le message dans de telle situation?...Ca me fait sourire, mais qu'à moitié parce que beaucoup de personnes cuisinent de cette manière et lorsqu'elles nous invitent, c'est une lutte perpétuelle. Elles proposent de "bons" produit à priori mais hyper gras en définitive... Et on n'est pas dans la cuisine pour voir les dégats... On les constate juste sur la balance... :-(

29/02/2008 23:32

J'ai voulu mettre un peu d'humour et n'ai pas voulu braquer cette dame car il n'était pas prévu que je commente sa recette.Si d'autres personnes ont comme vous remarqué qu'on pouvait égoutter sans nuire  au gout, c'est déjà bien.Autant de pountis, autant de recettes ; celle de ma grand mère inclue des restes de viande et non du jambon, car c'est un plat inventé pour accomoder les restes.Moi, je préfère rallonger la pate avec du lait et en faire des mini-crèpes avec de fines tranches de pomme ( au lieu des pruneaux) - nom carladézien : picouselous - excellent à l'apéritif, et bon moyen de faire manger des légumes aux enfants.Prochain  R.V. gastronomique, samedi 8 mars à pierrefort dès 9h30 ;: atelier cuisine  et diététique avec le chef du Jarrousset, Mr Cazanave ( fète des TERSONS) A bientot peut-etre...

anonyme 25/02/2008 08:38

je suis on ne peut plus d'accord avec vous. Ras le bol des régimes annuels. hier soir je regardais avec ma fille E=M6 et de quoi parlait-on? de REGIME. à la fin du dernier reportage sa réflexion a été la suivante : "ça incite à ne plus manger leur truc!" . Heureusement que j'étais là, que j'ai rebondi, que nous avons discuté.... et comble du comble, elle zappe sur une autre chaîne, et là horreur que voyons nous : un défilé de mannequins toutes plus maigres les unes que les autres. A quand des "nanas" normales, aux proportions raisonnables sur les podiums??? C'est un vrai problème, toutes ces émissions, toutes ces revues qui fleurissent au printemps. Si on n'est pas là, si on n'est pas vigilant, que font-elles nos ados : elles arrêtent de manger, elles deviennent anorexiques. Désolant, vraiment désolant que des émissions commencent et n'aillent pas plus loin dans la réflexion du manger bien, manger de tout, mais pas n'importe quand, n'importe comment, qu'elle ne fassent pas le travail jusqu'au bout. Qu'elles fassent moins de reportages mais qu'elle les approfondissent. On est vraiment dans le superficiel!

nicole moissinac 26/02/2008 08:30

Merci pour ce commentaire. Les jeunes, notamment les jeunes filles sont fragiles et influençables à l'adolescence et pretes à toutes les recettes miracles pour coller à certains codes vestimentaires ou autres.On y est toutes passées . Je pense qu'il ne faut surtout pas renier la mode en général.. C'est une forme de culture, de recherche de l'esthétisme, de construction de la personnalité, du style. Souvent l'extérieur reflète l'intérieur ( cool, sophistiqué, branché, classique, discret, voyant etc...).Le souci, comme toujours, ce sont les excès et dérives. Je suis d'accord avec vous quand à l'excès de maigreur des mannequins. D'ailleurs, ce n'est pas forcément plus joli .J'ai eu l'autre jour en consultation une jeune fille de 16 ans magnifique qui voulait  maigrir car elle ne faisait pas 90-60-90 ! J'ai passé 1/4 heure à la convaincre qu'elle était belle et de rester ainsi. Heureusement , son petit ami était là et je l'ai pris à témoin car lui aussi la trouvait parfaite comme ça.Je lui ai donc juste donné des conseils d'équilibre alimentaire. Elle avait juste besoin d'etre rassurée .Globalement, il s'agit souvent d'un problème de confiance en soi.Je prends souvent l'exemple de Laetitia Casta que je trouve superbe , qui fait presque toujours l'unanimité et...qui n'est pas une brindille.Sur le plan alimentaire, les jeunes n'ont plus les notions de faim, satiété et besoins. Je travaille beaucoup sur l'anorexie. Ma méthode est de proposer un plan alimentaire semaine par semaine qui fait manger la jeune fille en lui promettant qu'elle ne grossira pas , oui qu'elle ne grossira PAS, alors qu'elle pése - de 40 kgs ! C'est justement pour lui redonner confiance en la nourriture, casser cette peur de la "non-maitrise de soi". Ensuite , progressivement, nous décidons ensemble de la prise des kgs, un à un, en confiance et sérénité puis on stabilise. La relation à la nourriture rete toujours fragile et très affective, mais les dents de scie finissent par avoir de moins en moins d'amplitude. Le raisonnement est le meme dans la boulimie.Dans certains cas , plus sévères, je travaille biensur en tandem avec des psychologues et psychiatres.Mais , d'accord avec vous, je ne regarde plus les emissions sur les régimes car elles me donnent des boutons .