Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 17:25

PARIS, 24 novembre 2010 (AFP) - Jean-Louis Borloo, rival malheureux de François Fillon lors du remaniement, a décidé de quitter la vice-présidence de l'UMP, mais de rester membre du parti présidentiel, a annoncé mercredi Laurent Hénart, numéro 2 du Parti radical que préside l'ex-ministre de l'Ecologie.

M. Borloo "a exprimé le souhait et pris la décision de quitter la vice-présidence de l'UMP. C'est une décision cohérente qui lui permet de retrouver sa liberté de parole et de proposition dans la majorité", a déclaré lors d'un point-presse Laurent Hénart, secrétaire général du Parti radical (formation centriste associée à l'UMP), à l'occasion d'un bureau national qui se tenait à l'Assemblée.

M. Borloo reste néanmoins membre de l'UMP et, à ce titre, siègera au sein du groupe UMP à l'Assemblée nationale, une fois qu'il sera redevenu automatiquement député, dans trois semaines, a précisé M. Hénart.

Le Parti radical, grand oublié du dernier remaniement et battu dans la compétition pour la présidence du groupe UMP à l'Assemblée, a par ailleurs exprimé, lors de ce bureau national, "une volonté très nette de prise d'indépendance vis à vis de l'UMP" tout en restant dans la majorité présidentielle, a souligné M. Hénart.

"On peut être un allié indépendant et loyal et ne plus être associé et même partiellement intégré aux instances de l'UMP", a-t-il souligné. La question de l'émancipation totale du PR vis à vis de l'UMP sera tranchée lors d'un congrès début 2011, selon les dirigeants radicaux. Tous ont éludé mercredi la question d'une éventuelle candidature de M. Borloo à la présidentielle de 2012, la jugeant "prématurée".

"Jean-Louis Borloo ne sera plus vice-président de l'UMP et très clairement les radicaux, à l'instar de leur président, ne prendront pas non plus de fonctions exécutives au sein de l'UMP", a ajouté M. Hénart.

Les radicaux opposent ainsi clairement une fin de non recevoir au nouveau patron du parti présidentiel Jean-François Copé qui avait plaidé un peu plus tôt dans la matinée pour un "partage des responsabilités" entre toutes les sensibilités, y compris centristes, au sein de l'UMP.

L'ex-ministre de l'Ecologie, grand absent de ce point-presse, s'exprimera le 9 décembre à l'occasion d'un "grand dîner de la République" organisé à son initiative, a précisé M. Hénart.

M. Borloo avait rejoint la vice-présidence de l'UMP en janvier 2009 en tant que patron d'un parti co-fondateur de l'UMP, à la demande de l'ex-secrétaire général de l'UMP Xavier Bertrand, que vient de remplacer M. Copé.

L'ex-maire de Valenciennes récemment battu dans la bataille pour Matignon face à François Fillon n'a pas souhaité participer au nouveau gouvernement.

L'annonce de son départ de la direction de l'UMP le jour même du discours de politique générale de M. Fillon devant les députés est une pure "coïncidence", selon M. Hénart.PARIS, 24 novembre 2010 (AFP) - Jean-Louis Borloo, rival malheureux de François Fillon lors du remaniement, a décidé de quitter la vice-présidence de l'UMP, mais de rester membre du parti présidentiel, a annoncé mercredi Laurent Hénart, numéro 2 du Parti radical que préside l'ex-ministre de l'Ecologie.

M. Borloo "a exprimé le souhait et pris la décision de quitter la vice-présidence de l'UMP. C'est une décision cohérente qui lui permet de retrouver sa liberté de parole et de proposition dans la majorité", a déclaré lors d'un point-presse Laurent Hénart, secrétaire général du Parti radical (formation centriste associée à l'UMP), à l'occasion d'un bureau national qui se tenait à l'Assemblée.

Partager cet article

Repost 0
Published by aurillacdiet - dans politique
commenter cet article

commentaires