Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 14:09
Voici  ce que publie l'Union du Cantal mercredi 13 janvier dernier


100_3893.JPG


La question de la candidature d'Yves Coussain étant posée et émaillée de commentaires relativement désobligeants, l'intéressé estime naturel et nécessaire vis à vis des lecteurs de répondre lui meme à la question.

Dans l'Union du samedi suivant (que je montrerai si je  la retrouve),  une 2ème couche  apparait parlant de désinformation et  de déstabilisation

La réponse suivante  d'Yves Coussain est envoyée par mail le dimanche soir
 

"De la rumeur à la réalité,,, et quelques précisions concernant votre article

Etre « retraité politique », ne signifie pas indifférence à la vie politique et ne m'empèche pas de réagir aux évènements ni de m'impliquer si je le souhaite. Je revendique ma liberté ,

Avec des amis déçus du mauvais choix du candidat de la majorité départementale, j'ai envisagé , un moment , de proposer une alternative plus raisonnée et crédible,

Mais je fais confiance aux électrices et électeurs qui ont toujours fait passer la personnalité du candidat avant des dictats de partis, ou d'étiquettes marquées du seul opportunisme

Un bon conseiller(e) de gauche vaut toujours mieux qu'un mauvais conseiller de droite ,,,"

 

 Nous sommes le samedi 23, donc 2 Unions plus tard, et la réponse d'Yves Coussain n'a toujours pas été publiée ...!!!

 

Alors ,,,,  ?????    Pourquoi ???

 

 

On peut se demander qui fait de la désinformation et de la déstabilisation...

 

Publier des rumeurs, est-ce de l'information ?

Et ensuite , ignorer les réponses de l'interessé , n'est ce pas de la désinformation, de la déstabilisation  ?

 

En tous cas,je défens la liberté de la presse quand elle respecte la liberté de ses lecteurs , notamment ceux dont elle se permet de parler...

 

Nicole





Partager cet article

Repost 0

commentaires

marie 15/02/2010 22:14



BIU
c est bien de garder sa liberte et je ne pense pas que cela changera maintenant ce serait trop dommage



Vanessa 03/02/2010 15:43


M. Coussain : "Un bon conseiller(e) de gauche vaut toujours mieux qu'un mauvais conseiller de droite". Question :
"Est-ce la même logique qui a poussé les élus cantaliens à préférer un "bon" sénateur de gauche plutôt qu'un mauvais de droite"? M. "Lightman" :
ne connait pas du tout le journal l'Union du Cantal...? Ni Dominique Bardel qui y a travaillé, ni les journalistes qui l'ont fait figurer à plusieurs reprises même en Une (création d'entreprise,
Coach Cantal, etc)?
Surprise, quand même...
 


Nicole Moissinac 02/02/2010 10:35


Merci pour cette mise au point très claire
Ce n'est pas la première fois que je fais de la pub ici pour l'Union, journal que j'aime bien pour ses articles de fond sur ce milieu agricole (et plus largement environnemental) que j'aime
beaucoup et d'où je suis issue

Qui aime bien chatie bien !!!

Au plaisir de vous lire régulièrement

Nicole


olivieri 01/02/2010 17:04


Comme quoi il ne faut désespérer de rien, même pas de la presse !!
J'en informe tous les blogueurs : L'Union du Cantal, malgré ses origines agricoles, utilise la micro informatique depuis des années et gère une centaine de mails chaque jour, y compris ceux de M.
Coussain.
Ce dernier est arrivé à notre secrétaire de rédaction qui me l'a rerouté (dès lors que le sjujet est sensible ou qu'il s'agit d'un droit de réponse ou rectificatif) pendant un court arrêt maladie .
Ajoutez à cela le délais entre deux numéros... et voilà l'explication d'un retard à la diffusion...
Retard qui nous a valu au passage un peu de pub sur votre blog comme quoi...
P. OLIVIERI - rédacv chef


nicole soulenq moissinac 28/01/2010 14:44


Ca y est , L'Union d'aujourd'hui a publié la réponse d'Yves Coussain légitime face à des rumeurs annoncées et des commentaires orientés.

C'était donc probablement un oubli que peut-etre ce blog a permis de réparer au vu du nombre de vistes importantes sur ce billet là.

Je salue donc leur honnéteté , et suis meme désolée d'avoir eu à en douter un instant